MANDELSTAM

Présentation et lecture

Ossip Mandelstam est le modèle de l'homme splendidement libre.

Libre par nature, mais dévoré par le temps "fauve" dans lequel il vécut (de 1891 à 1938). La poésie le traversait puissamment, et sa vie était cela : poème et lèvres clamant le poème. Que la liberté fût consubstantielle à la poésie, on ne peut en douter.

 

La féroce machine du stalinisme a usé contre lui, et contre beaucoup d'autres poètes, de tout son pouvoir de coercition pour briser la parole impliable. Et brisé, il l’a été. Il l’a été : miséreux, nomade, fou, et finalement mourant au portes de l’enfer glacé du goulag, dans un camp de transit, près de Vladivostok. Mais vivant il l’a été. Il l’a été : amoureux, heureux des bonheurs de la vie, des spectacles de la terre, de la musique, de la peinture, de la simple joie d’être.

 

Et la bouche, bien qu’elle ne que fut de chair, aucune main, aucune volonté n’a pu la clore. Et quand sa bouche fut close parce que le corps détruit, une autre force est venue prolonger sa parole : sa compagne de toujours, son grand amour, Nadejda qui lui survécut, fit que ces poèmes puissent résonner jusque dans notre temps...

Ossip-Mandelstam.jpeg

Bibliothèque de La Bastide CLairence - 17/05/2019

60363390_443257979555182_105324517920656
60595116_2296155587310035_57881780372667